samedi 27 février 2010

Vottem - Un sans-papiers attaque deux gardiens et le directeur"

"VOTTEM - Un sans-papiers, transféré de la prison au centre fermé de Vottem, a attaqué deux gardiens et le directeur qui ont été légèrement blessés. Les gardiens ont ensuite entamé une grève de quelques heures pour protéster contre le fait que ce sans-papiers a été relâché quelques jours après ses attaques avec un ordre de quitter le territoire.

23.02.2010
www.rtlinfo.be "

http://suieetcendres.blogspot.com/2010/02/vottem-un-sans-papiers-attaque-deux.html

Mouscron - Audi incendiée

"INCENDIE Samedi vers 5h10, une Audi a été incendiée sur le parking de l’ancien cinéma à Mouscron. Une Mercedes stationnée à côté du véhicule a aussi été endommagée.

23.02.2010
www.lacapitale.be"


http://suieetcendres.blogspot.com/2010/02/mouscron-audi-incendiee.html

vendredi 26 février 2010

Manifestation à Paris

Pleins de gens affreux appellent à une manifestation "contre le ministère de l'identité nationale" (A quand une manif contre le principe de représentation et de délégation ?). D'une nature optimiste, donnons le rencard : http://www.demosphere.eu/node/15836

Hum

Dans l'urgence, et parce que l'on réagit souvent mal dans l'urgence, une marge a été créée dans le but de rassembler des infos autour des récentes arrestations à Paris. Ces arrestations ne pouvant être dégagée du contexte qui les entoure, il y a été rajouté plusieurs entrées ne se référant pas directement à ces faits, un peu par mimétisme toilesque. Pour éviter de faire des amalgames non voulus par les auteurs et pour éviter un travail relativement fliquesque, s'il est évident que toutes les infos disponibles à ce sujet seront relayées ici, cette marge va disparaître.
Ici les articles se référant directement à ce sujet :

Liberté pour tous, avec ou sans papiers

[paris] 15 février 2009-Arrestations de plusieurs personnes à Paris - RASSEMBLEMENT DEMAIN MARDI 16

22 v’là la SDAT

Dégradations de DAB à paris : cinq personnes en garde à vue

ARRESTATIONS A PARIS : DES NOUVELLES

Paris, compte -rendu de la manif de solidarité avec les présumés saboteurs de ces pauvres DAB

Poitiers : Quinze distributeurs de billets sabotés

La solidarité ne se divise pas

Paris : tiens donc, ça continue

Paris, Dégradations de distributeurs : best-of du sale travail des journaflics de ce matin, mercredi 17 février

Paris/Reims/Poitiers, dégradations de distributeurs : best-of du sale travail des journaflics, jeudi 18 février

Liberté pour tous et toutes, avec ou sans papiers !

Manif anti NSV à Anvers le 04 mars à 19h30

Affiche : http://ovl.indymedia.org/uploads/2010/02/afa1_1_.jpgmid.jpg

Flyer : http://www.servimg.com/image_preview.php?i=57&u=11131726

Grèce : l’anarchiste Bonanno suspecté d’un second braquage

"ANSA, 25 février 2010

Athènes, 25 feb. - Alfredo Bonanno, l’anarchiste italien de plus de 70 ans incarcéré en octobre dernier suite à l’accusation de complicité de braquage d’une banque à Trikala, est suspecté d’être l’auteur d’un autre braquage accompli en juillet dernier à Argostoli, sur l’île de Cefalonia. Les avocats de Bonanno contestent cette accusation.

Selon des sources policières citées par les médias, Bonanno, avec fausse barbe et péruque, aurait été reconnu par des témoins sur la base d’une vidéo prise par des caméras de surveillance, pendant qu’il dévalisait la Bank of Cyprus, pistolet en main, le 6 juillet dernier à Argostoli. L’information a été partiellement confirmée à l’Ansa par un porte-parole de la direction centrale de la police, selon laquelle "un vieil italien est considéré comme l’auteur du braquage d’Argostoli, qui a rapporté 26 000 euros. Le porte-parole n’a pas directement donné le nom de Bonanno mais sous-entendu qu’il s’agirait de lui.

Joanna Kurtovic, l’avocat grec du vieil italien incarcéré à Korydallos (Athènes), a exprimé ses doutes sur l’identification basée sur une vidéo et a critiqué la manière dont cette accusation a été rendue publique. Bonanno, qui souffre de diabète et a des problèmes cardio-respiratoires, est un des principaux théoriciens de l’anarcho-insurrectionnalisme (sic). Il a été arrêté début octobre avec l’anarchiste grec Christos Stratigopoulos après le braquage d’une banque à Trikala, pour 47 000 euros. L’italien avait été arrêté ensuite dans un hôtel où la police avait retrouvé le produit du braquage. Bonanno défend à l’inverse avoir reçu le sac de Stratigopoulos, sans avoir su ce qu’il contenait. Sa version, précise l’avocat, a été confirmée par Stratigopoulos, qui a pris l’entière responsabilité du braquage. Le juge, apparemment à cause des antécédents de Bonanno, déjà condamné en Italie, ne l’a pas cru et envoyé en préventive."


http://cettesemaine.free.fr/spip/article.php3?id_article=3001

Bristol (Angleterre) : attaque du siège de la RBS (Royal Bank of Scotland)

"Bristol (Angleterre) : attaque du siège de la RBS (Royal Bank of Scotland)

Aux premières heures de mardi 23 février 2010, des anarchistes ont attaqué le siège central de la Royal Bank of Scotland, au coeur de Bristol en plein développement.

Malgré la circulation et la proximité des vigiles, les compagnons ont réussi à briser les vitres et à lancer des bombes de peinture contre les étages supérieurs, pendant que la route était bloquée avec des pneus enflammés.

Nous pourrions accumuler ici une longue liste de tous les abus de la Royal Bank of Scotland et de n’importe quelle autre banque, mais il est suffisant d’affirmer que chaque banque fait partie de la prison financière qui nous incarcère et nous appauvrit tous.

Ce type d’action augmentera et se multipliera. Nous la dédicaçons à tous les combattants indigènes et à leurs alliés en lutte contre le projet Tar Sands au Canada, dans lequel la RBS a investi, et à tous ceux en lutte contre les Jeux Olympiques d’hiver 2010.

Solidarité aussi avec Alfredo M. Bonanno, Christos Stratigopoulos, Georgiades Polykarpos, Vaggelis Chrisohoides, Giannis Dimitrakis, Gabriel Pombo da Silva, tous les prisonniers/combattants de Londres contre le G20 et tous les autres prisonniers en lutte.

Pour la lutte internationale contre le capitalisme et l’Etat

Traduit de l’italien de Informa-azione, Gio, 25/02/2010 - 11:52"


http://cettesemaine.free.fr/spip/article.php3?id_article=3000

Occupation de l'ANSA par des chômeurs, intermittents et précaires.

Communiqué ici : http://nantes.indymedia.org/article/19850

jeudi 25 février 2010

Ceci est un programme

Bruges : Manifestation bruyante NON aux centres fermés

"Samedi 27 février à 13h45.
Rendez-vous à l'arrière de la gare de Bruges.
Manifestation bruyante contre les centres fermés.

Chaque année, des centaines de personnes sont enfermées dans les centres fermés pour le simple fait d'avoir choisi un meilleur avenir en Belgique. Pour leur montrer notre soutien et notre solidarité, on fera le plus de bruit possible.

NI FRONTIERES, NI NATIONS
LIBERTE DE CIRCULATION

Contact : noiceagainstborders (at) vluchteling.be"



Vu sur Cemab

Journée anticarcérale samedi 6 mars à Forcalquier

Paris : tiens donc, ça continue

"Les gesticulations de la flicaille n’arrêteront rien. Ici comme ailleurs, dedans comme dehors, solidarité avec tous ceux qui se battent pour la liberté.

Tiens donc, ça continue. La nuit de lundi 22 au mardi 23 février à paris, toutes les vitres d’une boutique SNCF ( rue Littré, 6e), d’une agence Carlson Wagonlit (rue Leriche, 15e), d’un local de la Croix-Rouge et d’un véhicule de ces derniers (rue Desgoffe, 6e), ont volé en éclats. Parce la SNCF expulse les sans-papiers vers les centres de rétention (par exemple après l’incendie de Vincennes ou la destruction de la « jungle » de Calais) et participe activement aux rafles, parce que Carlson Wagonlit réserve les billets d’avion des sans-papiers et des flics de l’escorte lors des expulsions, parce que la Croix-Rouge cogère la zone d’attente de l’aéroport de Roissy et des centres de rétention en Italie et en Espagne… ils mériteront toujours de se prendre des coups.

Les gesticulations de la flicaille n’arrêteront rien. Ici comme ailleurs, dedans comme dehors, solidarité avec tous ceux qui se battent pour la liberté."

http://nantes.indymedia.org/article/19836

Neder-over-hembeek (Belgique) : Distributeurs de billets détruits

"ce lundi, un distributeur de billets de la banque de la poste, un autre distributeur et quelques vitres de la banque bnp ont été détruits à neder-over-hembeek.
solidarité"

"Aussi sur l'Avenue Louise, un distributeur de billets de la BNP/Fortis a été endommagé."

http://www.cemab.be/news/2010/02/8682.php

Poitiers - Vague de tags vengeurs

" Menaces de mort et insultes contre la police, messages anticapitalistes… Les murs du centre-ville de Poitiers étaient couverts de tags, hier matin.


Au cours de la nuit de lundi à mardi, une vingtaine de tags ont été tracés à la bombe de peinture rouge sur des façades du centre-ville. Pas n’importe lesquelles. Les cibles sont symboliques : banques et institutions.

Et les invectives désignent trois cibles : le directeur de la police et le maire de Poitiers, les policiers de la BAC et les banques. Le message reprend une thématique nationale sur des banques soupçonnées de dénoncer des sans-papiers. Ce sont ces mêmes banques qui avaient été ciblées par des dégradations à l’acide début février."

Suite et source : http://juralibertaire.over-blog.com/article-deux-relaxes-et-des-tags-a-poitiers-45584261.html

La solidarité ne se divise pas

"
Sur la prise de position de quelques militants de RESF, suite aux arrestations du 15 février 2010 :

"(...)le sabotage de distributeurs automatiques de billets n’est en aucune façon, à nos yeux, un moyen de défendre la cause des sans papiers en général ni celle des familles ou des jeunes majeurs sans papiers en particulier.(...)"
"(...)le Réseau et les citoyens qui le composent, attachés à la défense et à l'égalité des droits, soutiennent et défendent par une action publique les jeunes majeurs scolarisés et les familles sans papiers confrontés à des situations inhumaines en organisant la solidarité la plus large, l’interpellation des pouvoirs publics et des élus pour mettre les responsables en face des conséquences concrètes de leurs décisions(...)".

extraits : http://www.educationsansfrontieres.org/article26171.html (communiqué du 18 février 2010)

Si ces signataires et membres de RESF ont l'air de vouloir limiter leur soutien à la "cause des sans papiers" (sic) en négociant quelques cas avec la préfecture, ou des élus , demanderont-t-ils bientôt "aux pouvoirs publics" de "ratisser moins large" dans leur répression afin de ne pas "mêler le nom de RESF" à ces actions bien concrètes et visibles contre les banques qui balancent des sans papiers ?

Dès le 26 janvier 2010, dans le journal de 13 heures de France2, toujours disposé à trouver des "soutiens responsables" contre d'autres, le commentaire des journaflics avait lui déjà conclu :
"(...) les associations de défense des sans-papiers condamnent ces dégradations(...)"
http://www.dailymotion.com/video/xbzzxm_l-utra-gauche-g..._news
(à la fin de la video, un militant de RESF - et futur signataire- acceptait un entretien)

Aujourd'hui les auteurs de ce communiqué de RESF ont l'air d'avoir bien appris la leçon -attendue- pour sauver l'image de leur réseau... contre cette solidarité en actes qui s'exprime de différentes manières."


http://nantes.indymedia.org/article/19811

Grève générale en Grèce contre le plan d'austérité

"

Environ 50.000 personnes ont défilé mercredi dans le centre d'Athènes pour protester contre le plan d'austérité décidé par le gouvernement pour réduire le lourd déficit public qui a plongé le pays dans la crise. Toute la Grèce était largement paralysée par une grève générale de 24 heures des salariés du privé et du public.

Des incidents ont éclaté à l'issue de la marche de protestation dans la capitale. Des heurts ont opposé policiers et manifestants près du Parlement, et au moins deux personnes ont été arrêtées et plusieurs vitrines de magasins saccagées, selon la police. Au ministère des Finances, des fenêtres du Bureau de comptabilité général, dont le travail a été fustigé par l'Union européenne, ont été brisées."


Suite et source

mercredi 24 février 2010

Go vegan !

Paris – Thalès occupé par des opposant-e-s à la tyrannie technologique

"Paris – Thalès occupé par des opposant-e-s à la tyrannie technologique

Aujourd’hui mercredi 24 février 2010, un rendez-vous pour une action contre la tyrannie technologique avait été donné à 10 heures place du Châtelet. Cette action intervenait le lendemain de la fin de la campagne de promotion et d’acceptation des nanos initiée en octobre par la CNDP. A cette occasion, plus de 200 opposant-e-s au nanomonde et à la tyrannie technologique en général (OGM, biométrie, nucléaire, vidéosurveillance…) s’étaient réuni-e-s pour un vrai débat public à la CIP à Paris. (Voir compte rendu sur www.nanomonde.org)"

Source et suite

Italie : nouvelles des camarades arrêtés

"
Quelques nouvelles d'Italie, avec
tout d'abord l'adresse des camarades emprisonnés et
apparemment mis en isolement.

Vous pouvez leur écrire même en français (ou en anglais ou en espagnol... ou en italien), ça participe à montrer qu'ils ne sont pas seuls et ça fait sans doute toujours du bien quand on est en
prison :
* Luca Ghezzi, Via Pianezza 300, 10151 Torino
* Andrea Ventrella, Via Pianezza 300, 10151 Torino
* Fabio Milan, Via Pianezza 300, 10151 Torino

Hier une soixantaine de personnes se sont rassemblées
devant le CIE (centre d'identification et d'expulsion) de
Turin. Les nouvelles de l'intérieur, des résistances aux
expulsions, des résistances à l'enfermement dans les CIE
continuent d'être diffusées. De toute façon, dedans comme
dehors les luttes continuent !

Sinon, voilà ci-dessous un condensé de divers articles de
presse qui ont tous des titres plus aguicheurs les uns que
les autres (Exemples :« plus de 60 actions reprochées aux
anarchistes », « 2 années de raids et de violence,
opération contre les anarchistes », « derrière
les révoltes d'immigrés »...):

1)Concrètement il est reproché aux camarades arrêtés 2
ans et demi de lutte contre la politique d'immigration du
gouvernement italien et contre les centres de rétention.
Pêle-mêle sont évoqués :
-les occupations de la cgil, de la croix rouge (sur la
croix rouge et la cgil, gros syndicat de gauche italien,
voir cet article en français http://juralibertaire.over-blog.com/article-36172474.html)
, de la Lega Nord, d'un musée egyptien, du consulat de
Grèce où fut négocié l'envoi de faxs de solidarité.
-les rassemblements réguliers devant le CIE de la via
Brunelleschi (qui dans les bouches de l'Etat, de la police
et des journalistes se transforment en « assauts » ou
« attaques » des CIE)
-les actions contre des entreprises qui collaborent au
fonctionnement des CIE (la croix rouge encore)
-les manifestations dans des lieux publics telles celles au
resto bio Eataly où pendant une grève de la faim une
intervention avait été faite avec distribution de tracts
(voir http://www.autistici.org/macerie/?p=14083)

-La petite action au très chic resto « Il cambio »,
lieu fréquenté par les politiques et journalistes de
droite de Turin où, toujours pendant une grève de la faim
des retenus du CIE, des excréments avaient été lancés
dans la salle (voir http://www.autistici.org/macerie/?p=13993)

2) Est suggéré le fait que derrière les révoltes il y
aurait ces gens qui se battent contre les centres de
rétention, les prisons,.... Certains journaux, se
basant sur des extraits d'écoutes téléphoniques,
relatent ainsi des extraits de conversations au téléphone
entre des camarades et des retenus remontant à juillet
2009, disant que par ces coups de fil à l'intérieur
les retenus étaient incités à la révolte. Comme si les
gens, que dis-je, les étrangers sans titre de séjour,
étaient sans doute trop cons et trop contents de leur sort
pour penser tous seuls à se révolter.... Il y avait eu la
même chose à Vincennes où lors de la révolte qui a
conduit à l'incendie, les gens et associations qui
manifestaient dehors avaient été accusés d'incitation par
divers responsables politiques.
Pour rappel plusieurs des camarades interpellés
retranscrivaient des témoignages de retenus en lutte via la
radio ou internet.

3)Dans la logique policière, il y a des chefs, ils
les présentent, les exposent, les mettent en photo dans le
journal, ce sont 2 des 3 personnes incarcérées.

4)Concernant les perquisitions à Radio Blackout il est dit
que l'investigation ne concerne que la partie qui s'occupait
des luttes dans les centres de rétention et concerne aussi
des infos transmises sur la radio mais aussi par sms pour
prévenir des contrôles de police. Dans le dossier
d'instruction beaucoup d'enregistrements d'émissions où on
entend notamment s'exprimer les gens inculpés dans cette
histoire puisque certains participaient à la radio.

5)Il est précisé que les « investigations » contre
cette figure de l'ennemi intérieur qu'en Italie
ils appellent « anarchiste insurrectionnaliste »
continuent.

Solidarité et liberté pour tous avec ou sans papiers en Italie comme ailleurs !"

http://nantes.indymedia.org/article/19813

mardi 23 février 2010

Contre l'Unité - Recueil de textes contre la mythologie unitaire

"Dans ce modeste recueil, on pourra trouver quelques textes, presque toujours liés à des situations et à des contextes particuliers, cependant, si nous les avons réunis ici c’est qu’ils participent tous plus généralement d’une même cohérence antipolitique. "Antipoliquoi ?..." s’exclameront certains. Une nouvelle théorie à la mode chez les anarchistes de salon ? L’antipolitique, peu importe le nom qu’on lui donne (il n’aura de toute manière aucune nécessité), est une tendance réelle au sein du mouvement anarchiste international parmi ceux qui luttent et qui font quotidiennement le choix de ne pas sombrer dans les méandres militarisés de la stratégie et de sa tactique au nom desquelles tant ont retourné leurs vestes, prouvant à ceux qui ne voulaient pas y croire à quel point éthique, idées, désirs, individu et rêves pouvaient être bradés sur l’autel de la reconnaissance, de la représentation et de la médiation. "



http://ravage-editions.blogspot.com/2010/01/contre-lunite-recueil-de-textes-contre.html

Pour télécharger la brochure, cliquer sur l'image ou se rendre sur Infokiosques

Quelques nouvelles de luttes et de répression en Europe

" Quelques nouvelles de luttes et de répressions en Europe : Espagne, Italie, UK.

ITALIE
Ce matin à Turin des perquisitions ont été effectuées chez une vingtaine de camarades. Trois ont été arrêtés et trois autres se trouvent assignés à résidence. Outre l'habituel matériel informatique et les divers papiers (tracts...), les ordinateurs de Radio Black Out ont été saisis (ce qui explique que les transmissions en streaming sont suspendues).D'autres perquisitions ont eu lieu à Cunéo, Mantoue et Trente.
Les faits reprochés sont de type associatif et tout est lié aux mobilisations contre les centres de rétention et les luttes antiracistes. Les mêmes activités pour lesquelles l'Etat voulait attribuer le statut de surveillance spéciale (un statut qui oblige les gens à être chez eux à certaines heures et leur interdit la fréquentations de diverses personnes et lieux) aux rédacteurs du site Macerie.
Pour rappel, radio black out est une radio militante qui diffuse des infos sur les luttes autour des centres de rétention.

http://lombardia.indymedia.org/node/26546

ESPAGNE
Barcelone:
Depuis le 15 février, les retenus du Centre d'internement pour étrangers de la Zona Franca sont en grève de la faim pour protester contre les expulsions et pour la liberté.
Tout est parti d'un violente tentative d'expulsion. Une personne a résisté à son expulsion et a été replacé au CIE. Elle a alors commencé une grève de la faim, qui a été très vite suivi par d'autres internés. La police a tenté de casser le mouvement en les menaçant et en les frappant. Aucune assitance médicale ne leur ait donné.
En solidarité et dans le contexte du durcissement de la législation espagnole sur l'immigration (alongement de la durée de rétention entre autres), il y a un appel qui est lancé pour une grève de la faim de 50h du 27 février au 1er mars, place de la Catalogne à Barcelone.

http://www.kaosenlared.net/noticia/117512/placa-catalun...echos

http://barcelona.indymedia.org/newswire/display/390241/...x.php

Tarragone:
Plusieurs sabotages et tags sont apparus sur des banques à Tarragone (et ailleurs). 3 personnes ont été interpellées et accusées de ces dégradations :
Le 18 février à 4 h du matin, la guardia urbana de Tarragone a arrêté 3 personnes en les accusant d'avoir tagué et détruit des DAB situés sur la Rambla Nova de la ville. Il s'agit de deux filles de 20 et 21 ans et un garçon de 19 ans. Après 14h de détention au commissariat des Mossos d'Esquadra (police catalane) ils sont mis en examen pour dégradation. Le lendemain, ils ont été auditionnés par les juges même si pour l'instant la date de leur procès n'est pas connu.
Les trois accusés ont déclaré avoir été humiliés, menacés et frappés pendant leur détention par les agents de la Guardia Urbana.

http://barcelona.indymedia.org/newswire/display/390375/...x.php

GRANDE-BRETAGNE

Les femmes détenues du centre de rétention de Yarl's wood sont en grève de la faim depuis le 5 février. La grève de la faim, suivie par 84 femmes, a été déclenchée pour demander l'arrêt des humiliations dans tous les centres de rétention.
Le 8 février les gardes de Serco (boîte privée sécurité) ont violemment attaqué les grévistes pour casser la protestation : 70 femmes ont été enfermées dans le couloir pendant 8 heures, sans eau, sans nourriture, sans toilette, ni assistance médicale. Beaucoup se sont évanouies et une vingtaine de femmes qui avaient tenté de grimper par les fenêtres ont été battues et mises à l'isolement. 4 femmes désignées comme "leader" ont été transférées à la prison de Holloway à Londres.

Un certain nombre de manifestation de solidarité avec les grévistes ont eu lieu ces jours-ci:
Le 10 fév, des étudiants ont fait une grève de la faim de deux jours dans les bureaux de Serco à Londres.
le 12 fév, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées, avec bruit, devant les bureaux de Serco.
84 militants no-border ont fait un jeûne de 24 heures et 66 autres personnes à Bedford ont fait une grève de la faim de 24 heures.
Le 17 février, une manif a eu lieu devant la taule où sont détenues les "4 de Yarl's wood" à Londres.
Le 21 février, une autre manif s'est tenue aux abords de Yarls' wood.
Enfin, une nouvelle manif est prévue le 26 devant les locaux de Serco
http://www.indymedia.org.uk/
"

http://nantes.indymedia.org/article/19800

Arrestations en Italie

Apparemment en lien avec la lutte contre les prisons pour étrangers et avec la "mouvance anarcho insurrectionnaliste", comme disent les nombreux articles en italiens disponibles ici : http://juralibertaire.over-blog.com/article-la-police-contre-radio-blackout-et-des-militants-pour-la-liberte-de-circulation-a-turin-45499454.html
Plus d'infos quand plus d'infos.

Meyzieu - Les trois dirigeants Renolift libérés

"Les salariés de Renolift réclamaient une prime supra-légale de départ de 8000 euros. Ils ont obtenu gain de cause.



Les trois dirigeants de la société Renolift, séquestrés depuis lundi après-midi ont été libérés mardi matin par les salariés, après l'aboutissement des négociations. Patrick Ruget, PDG, Gilles Pechet, directeur général, et Salvador Jara, directeur du site, ont passé la nuit dans les locaux de l'entreprise, à Meyzieu.

L'entreprise, qui emploie 103 personnes, produit des monte-charges et des pièces pour ascenseurs. Renolift travaille essentiellement pour la société Schindler. Renolift est en redressement judiciaire depuis fin septembre et le tribunal de commerce pourrait se prononcer sur la liquidation jeudi prochain. Les salariés de Renolift réclamaient une prime supra-légale de départ de 8000 euros. Ils ont obtenu satisfaction."

Source

lundi 22 février 2010

[Mexico] Sabotages de magasins spécistes et autoritaires

"6 février.
A la fin d'un cercle de lecture entre compagnons, nous avons conclu que les mots ne peuvent faire cavaliers seuls et doivent être accompagnés d'actes, d'actions pour lutter contre tout ce qui nous remplit de rage.
C'est pourquoi nous avons décidé de descendre dans les rues afin de saboter les propriétés des marchands spécistes et autoritaire dans l'Etat de Mexico.

Avec de petites tiges de métal et de la colle industrielle, nous avons scellé les serrures :

- D'un restaurant qui vend du poulet frit
- D'un magasin vendant des marques fascistes
- D'un KFC
- D'une entreprise de poulet rôtis
- D'une entreprise vendant des matériaux de construction

En solidarité avec les journées d'agitation anticarcérales en faveur des prisonniers du Mexique et du monde.
Alors que certain-e-s ne cessent de frapper plus forts, nous ne cesserons de déranger les autres. ["Mientras unxs planean golpes más fuertes, otrxs no dejamos de molestar."]
Victor-Emmanuel, Abraham et Socorro n'êtes pas seul!

:. Individus en guerre contre le système et ses laquais.:"

http://aiferricorti.entodaspartes.net/2010/02/20/mexico-sabotajes-a-negocios-especistas-y-autoritarios/

Chihuahua (Mexique) : Attaque d'un concessionnaire auto

"Quatre vitrines d'un concessionnaire auto ont été brisées aux premières heures d'hier. Heureusement, les casseurs n'ont pas pris de choses de valeurs ou endommagés les véhicules qui étaient à l'intérieur.

C'était hier matin que les employés de l'agence Nissan, située à l'intersection de la Mena, boulevard Antonio Ortiz, ont remarqués que les vitrines étaient brisés, avant d'appeler la police."

Article de presse (?) Vu sur Ai ferri corti

Photo

Déambulation contre les centres fermés et leur monde à Bruxelles

"
petit apercu d'une ballade contre les centres fermés, l'enfermement et pour un monde sans frontières
Aujourd'hui vers midi, quelques dizaines de personnes se sont rassemblées sur la place du jeu de balle (Bruxelles).

Le temps de dérouler la banderole qui disait "centres fermés, prisons - dedans comme dehors vive la révolte" et les voilà parties en déambulation à travers les rues du quartier des marolles. Dans le mouvement, des équipes collent des affiches, d'autres crient des slogans, certaines personnes écrivent sur les murs tandis que la situation créées permet au reste de la troupe de distribuer des tracts dans un contexte ouvert à la discussion.

Différents tracts ont été distribués, notamment un qui s'intitulait "beau comme des centres fermés qui flambent..." dans lequel on pouvait notamment retrouver un passage sur les récentes arrestations en France de camarades accusés de s'être attaqués à la machine à expulser en sabotant de diverses manières des distributeur d'argent appartenant à des banques ayant balancé des sans-papiers. (plus d'info sur:http://cettesemaine.free.fr/spip/article.php3id_article=2979)

Petite interruption du quotidien en plein centre de Bruxelles ouvrant quelque peu l'espace pour reposer la construction de ce centre sur l'espace public, et mettant en avant la possibilité de résister aux politiques et au monde qui en a besoin.

C'était simple, c'était chouette. Ces gestes ne demandent qu'à être multipliés sous diverses formes.
En tout cas, nous, on reviendra !"

http://www.cemab.be/news/2010/02/8667.php

[Grenoble] Plan des nouvelles caméras de surveillance

Par ici : http://grenoble.indymedia.org/2010-02-21-Plan-des-nouvelles-cameras-de

[squatatoulouse] "Mort aux flics, à l’Etat, au capital et aux bourgeois"

"

Le dimanche 14 février, nous avons investi un lieu sur la place St Sernin : la maison du 2 rue Gatien-Arnoult à Toulouse. Le jeudi, nous avons été dénoncés par un voisin lors du dé-murage du portail. La police est alors arrivée sans pour autant pouvoir nous expulser légalement. Cependant, les choses n’en sont pas restées là : le propriétaire, accompagné de gros bras, est venu nous intimider ; nous menaçant de faire justice lui-même. Le lendemain dans l’après-midi, une dizaine de ces hommes de main nous ont pris d’assaut ; armés de bombes lacrymogènes format familial, et de haches dont ils ont fait usage pour tenter de nous déloger. Nous les avons repoussés et la police est revenue nous menaçant une nouvelle fois d’expulsion. Dans la soirée, ils sont revenus cagoulés, munis de matraques et accompagnés d’un maître chien, ils ont tentés d’escalader la façade faute de pouvoir forcer nos barricades. Ils ont légèrement blessé des occupants et des personnes venues nous soutenir. Mais nous les avons repoussé une nouvelle fois. Nous sommes déterminés à tenir le rapport de force. Parce que nous sommes chez nous et nous comptons bien y rester. Parce que nous nous devons de lutter contre ces nouvelles formes de police, quand les sociétés de sécurité privée mettent à disposition des propriétaires des services d’expulsion.

Il est clair aujourd’hui que nous sommes face à la force et à la détermination d’un propriétaire au bras long, fermement décidé à défendre son bien immobilier pourtant à l’abandon depuis plus de deux ans. Ce à quoi nous croyons avoir affaire c’est à une justice et une police privées, se faisant au moyen de la constitution de milices, nous rappelant les années 30 en Allemagne et Italie, un devenir fasciste.

Nous appelons celles et ceux qui refusent de se soumettre aux classes dominantes. Nous appelons celles et ceux qui galèrent à payer leur loyer, celles et ceux pour qui les fins de mois sont difficiles. Nous appelons celles et ceux qui n’en peuvent de vouloir se réveiller le matin pour aller engraisser un patron. Nous appelons celles et ceux qui ne se résignent pas. Nous appelons tous et toutes qui n’en peuvent plus de ce monde.

...La grande maison est située 2 rue Gatien Arnoult, 31000 Toulouse, n’hésitez pas à utiliser de la sonnette...

expulsonsnosproprio(at)riseup.net"


http://grenoble.indymedia.org/2010-02-21-Mort-aux-flics-a-l-Etat-au-capital

Liberté pour Jann-Marc Rouillan, Georges Cipriani et tous les prisonniers

"
Compte rendu partiel de la manifestation du samedi 20 fevrier 13h30 à la maison d'arret de Fresnes en région parisienne
Samedi 20 février dans le cadre de la campagne pour la libération de Georges Cipriani et Jann-Marc Rouillan, prisonniers d'Action Directe incarcérés depuis maintenant 23 ans, une soixantaine de personnes se sont retrouvées devant la prison de Fresnes.
Après etre restés environ une demi-heure devant la porte d'entrée de la prison, les manifestants se sont dirigés vers la partie arrière de la prison, là ou l'on peut voir les batiments de détention. Les prisonniers ont pu nous voir et entendre les différents slogans hurlés (en plus de ceux exprimant la solidarité avec Jann-Marc et Georges): "Pierre par pierre, mur par mur, nous détruirons toutes les prisons", "Liberté pour tous les prisonniers", "A bas l'Etat, les flics et les matons". A l'intérieur de la taule, les prisonniers nous ont répondu en criant "Liberté", en faisant du bruit en tapant sur les barreaux et en brulant des bouts de draps pendant plus d'une demi heure.

La solidarité est une arme !
Liberté pour tous !"

http://nantes.indymedia.org/article/19792

Même pas peur !

[Nantes] Cantine tous les vendredis au Chat Perché

"Et on remet ça, comme tous les vendredis, à partir de 10h30 si tu veut préparer, plus tard si t'es pas très matinal-e...

Donc on t'invite au squat du Chat Perché, 24 rue Félix Lemoine à Nantes (entre le Pont de la Tortière et Port Boyer) pour une bonne bouffe collective et végétarienne, histoire de se rencontrer, de débattre, de rigoler... !

Et si jamais vous êtes un groupe de zik qui cherchez une salle, que vous avez besoin d'un gros pull pour tenir la fin de l'hiver, ou que vous voulez vous débarasser de trucs récupérables comme des pièces de vélo ou d'ordinateur... la cantine est une bonne occaz' pour passer !

A bientôt !"


http://nantes.indymedia.org/article/19778

dimanche 21 février 2010

Ni hallal, ni "normal"...

Attaque incendiaire contre des machines détruisant la planète (Mexico) [ES]

Agenda du local Acrata février-mars 2010

" Voici l'agenda du local Acrata de février-mars 2010. Vous pouvez vous inscrire sur le mailinglist en envoyant votre adresse mail à acrataATpost.com

DISCUSSION
Jeudi 4 mars à 19h

A propos des récentes agitations et de la tension sociale dans les quartiers bruxellois

Ces derniers mois, la tension s’est bel et bien montrée dans plusieurs quartiers bruxellois. Avec en arrière-plan des conditions de vie de plus en plus dures, pleins d’affrontements ont eu lieu lors de contrôles en tout genre. Le comissariat de Cureghem (Anderlecht) a été cramé en signe de protestation contre la torture de prisonniers à Forest et pas mal de verre a été cassé suite à l’assassinat d’un braqueur fugitif par des policiers à Molenbeek. Par ailleurs, le nombre d’attaques à main armé augmente et ce, d’une manière qui s’oppose sans compromis aux défenseurs des richesses de quelques uns (il y a eu plusieurs fusillades entre braqueurs et policiers). Même si nous n’en avons repris que quelques signes apparents, ils n’en restent pas moins des signes d’une tension sociale qui croît. Et la police, avec sa tolérance zéro et ses rafles, se précipite pour asphyxier la possibilité que cette tension sociale aboutisse en une révolte sociale. Sans trop de pretentions, nous aimerions discuter à propos de cette situation et partir à la recherche d’éventuelles perspectives.


APERO
En soutien à la publication 'Hors Service'
Samedi 6 mars à partir de 17h

« Hors Service » est une feuille d’agitation dont le premier numéro vient tout juste de sortir. Elle devrait paraître environ toutes les deux semaines, histoire de rester dans le feu de l’action sans trop devoir se tenir aux règles courantes du jeu. A travers les textes, nous abordons la tension sociale que nous expérimentons chaque jour autour de nous et nous voulons lier les idées et les actes que cette société essaye d'isoler et de supprimer. Tout cela partant d'un goût pour la liberté. Le premier numéro contient par exemple un article à propos du nouveau centre fermé à Steenokkerzeel, un autre à propos de Varga - retrouvé mort dans sa cellule après une tentative d'évasion échouée - ou encore un à propos de la pollution et du faux discours qui l’entoure... Ajoutez à cela quelques brèves et autres nouvelles et vous aurez une idée de ce qu’est « hors service ». Pour une meilleure prise de connaisance avec cette nouvelle publication, nous vous renvoyons avec plaisir vers les premiers numéros, ou vous attendons samedi 6 mars à partir de 17h au local.


PROJECTIONS

The Grey Zone
Jeudi 25 FEVRIER à 20h

Loin de la dramaturgie ou des réthoriques hollywoodiennes, ce film sur la résistance d’un sonderkommando à Auschwitz avance quelques questions réelles. Dans ce système d’extermination où tout developpement personnel et libre association sont quasi écrasés par la lutte pour la survie, qui joue quel rôle ? Que choisir entre s’évader ou détruire l’infrastructure? Que signifie sauver une vie humaine quand on porte l’extermination de tant d’hommes sur ses épaules? Est-ce que la lutte pour la survie entraîne l’élimination de tout choix autre que de sauver la sienne? Ou, est-ce que la résistance de ce commando montre que, même dans les circonstances les plus extrêmes, il n’est pas impossible de développer une volonté qui choisisse de rompre radicalement avec les mécanismes de ce système et de lutter pour la destruction de la machinerie?


Dief!
Jeudi 11 mars à 20h

Ce film est basé sur l’autobiographie “De Helft van de Tijd” de Frans Van Reeth qui, dans les années 70, était devenu très connu suite à quelques ingénieux cambriolages et à d’audacieuces évasions. Frans Van Reeth était un de ces hommes qui, même face à la menace de la prison, savait garder la tête haute et préserver sa dignité. Le film raconte l’histoire de cet hors-la-loi qui avait fait le choix de vivre sur la lame du rasoir.


SOUTIEN FINANCIER
Le local Acrata a malheureusement quelques coûts mensuels ou annuels fixes à payer. Des contributions qui peuvent apaiser les soucis financiers sont donc les bienvenues! Merci de les verser au numéro de compte 001-5481078-72 ou directement dans la « caisse » du local.
"

http://www.cemab.be/news/2010/02/8657.php

Double évasion au centre pénitentiaire de Liancourt

"Deux hommes se sont évadés du centre pénitentiaire de Liancourt (Oise) dans la nuit de vendredi à samedi, a-t-on appris samedi de source proche de l'enquête. Un dispositif de recherche a été mis en place par la gendarmerie départementale mais n'a pas permis de retrouver les fugitifs.

Agé de 20 ans, le premier détenu était incarcéré depuis novembre 2008 pour des vols en réunion, usage de stupéfiants et vols aggravés. Il était libérable en octobre 2012. Le second, âgé de 25 ans, avait été emprisonné en janvier 2008 pour usage de stupéfiants, vols avec violence. Il devait sortir en novembre 2010.

Une enquête a été confiée à la Brigade des recherches de Clermont (Oise) pour éclaircir les circonstances de cette double évasion. AP"

Source

"Violences à Poitiers : prison avec sursis pour deux étudiants"

"La cour d’appel de Poitiers a confirmé vendredi la culpabilité de deux étudiants arrêtés après les violences dans la ville le 10 octobre mais sans leur infliger de peines de prison ferme, à la différence du jugement de première instance."

Suite et source : http://juralibertaire.over-blog.com/article-leur-justice-condamne-a-poitiers-45290517.html

Montpellier: Affrontements avec les keufs lors du carnaval

"Deux heures de gazage intensif des carnavaliers montpelliérains

Affrontements entre anars et policiers

Comme les précédentes années, des incidents ont émaillé le traditionnel Carnaval, dit alternatif, qui s’est déroulé mardi soir dans les rues de l’Écusson.
Déjà, juste avant le début du défilé, les forces de l’ordre, sur réquisition du procureur de la République, ont effectué des contrôles dans le secteur de La Poste Rondelet, en fait non loin du squat révolutionnaire de la rue Ernest-Michel surnommé «Crève» par ses occupants.

Trois chars ont été interceptés : selon le commissariat, ils contenaient des dizaines de bouteilles de bière vides et des dizaines de petits ballons de baudruche remplis de peinture, autant de projectiles dont certains carnavaliers, catégorisés anars, auraient pu faire usage. Puis, vers 22 heures, alors que des cars de police occupaient les principales places (Sainte-Anne, Candolle…) où se termine traditionnellement le défilé, des affrontements, qui n
ont pas fait de blessé, ont opposé les forces de lordre — pressées de repousser les «gueux» à lextérieur du centre-ville — et une centaine de personnes déguisées. Le groupe a multiplié les tags, notamment sur les murs du McDo de la Comédie, ce qui a provoqué des échauffourées avec les vigiles du fast-food.

Puis sur le cours Gambetta et vers Figuerolles, les jeunes ont déplacé des voitures et jeté des cannettes sur les policiers, qui ont riposté avec des gaz lacrymogènes. Il n
y a pas eu d
interpellation.

Source Midi Libre."

http://pagheretetutto.blogspot.com/2010/02/montpellier-affrontements-avec-les.html

Mexique: attaque incendiaire contre la police

"Dans la nuit du 9 février, nous nous sommes préparés pour laisser un petit cadeau sous un module de surveillance de la police municipale. Ce paquet était précisément un engin incendiaire artisanal laissé dans une poubelle sous les escaliers du module (nous ne donnerons pas le lieu précis de l'action dans ce communiqué, étant donné que les flics le connaissent déjà).

Cette action contre les lieux de contrôle policiers exprime nos désirs de voir la société carcérale réduite en cendres. Elle s'inscrit dans le cadre des journées d'agitation anticarcérale en soutien aux prisonniers Victor, Emmanuel, Abraham et Socorro, détenus au Mexique, et plus largement à tous les prisonniers du monde.

Que le flamme insurgée ne s'éteigne pas, qu'elle s'étende aux confins de cette terre mutilée par le capitalisme et le système techno-industriel.

En solidarité avec Adrian Magdaleno Gonzalez, arrêté récemment et détenu dans les cellules de Marcelo Ebrad (gouverneur du District Fédéral).

Cellule individualiste en guerre

Traduit de l'espagnol depuis Liberacion Total"


http://pagheretetutto.blogspot.com/2010/02/mexique-attaque-incendiaire-contre-la.html

vendredi 19 février 2010

Mon Dragon - Interlude des enfants perdus

video

"Lulu dans le virage
Trop de cibles pour ma rage
Trop de spleen pour mon âge
Ce soir je fous le feu à leur cage

Lulu se tate un peu
Blaze noir, costard bleu
Papa maman, un lardu
Un cadavre ou un pendu

Écoute ça, c'est le silence des collabos
Écoute ça, j'ai rien à te dire, y a rien qu'est beau
Écoute ça, travaille et ferme là,
Y a personne qui t'entend Lulu
Y a personne qui t'écoute Lulu
Et ton gun il fait quel bruit, lui ?
Y a personne qui t'entend Lulu
Y a personne qui t'écoute Lulu
Et ton gun il fait quel bruit...

Nababs à brûler
Porcs à égorger
Et quand le système fonctionne
Le problème c'est ma pomme

A l'école, je rentre dans le rang
Et quand ils me violent je serre les dents
Lulu veut que tout ça s'arrête
Et appuie sur la gâchette

Écoute ça, c'est le silence des collabos
Écoute ça, j'ai rien à te dire, y a rien qu'est beau
Écoute ça, travaille et ferme là,
Y a personne qui t'entend Lulu
Y a personne qui t'écoute Lulu
Et ton gun il fait quel bruit, lui ?
Y a personne qui t'entend gueuler
Y a personne qui t'écoute pleurer
Mais ton gun parlera
Y a personne qui t'entend Lulu
Y a personne qui t'écoute Lulu
Et ton gun parlera"

http://kapitainekomandant.free.fr/mondragon/Home.html

On vous a rien demandé

"Pour autant, militants du RESF, nous tenons à affirmer :

1) Le sabotage de distributeurs automatiques de billets n’est en aucune façon, à nos yeux, un moyen de défendre la cause des sans-papiers en général ni celle des familles ou des jeunes majeurs sans papiers en particulier. Ceux qui se livreraient à de telles activités ne sauraient le faire au nom du Réseau Éducation sans frontières. "

"Lettre" entière et source : http://juralibertaire.over-blog.com/article-la-solidarite-ne-se-divise-pas-45235002.html

jeudi 18 février 2010

Un peu de bon sens

Semaine de solidarité Vincennes

Un récapitulatif avant enlèvement de la marge dédiée :

"16 janvier, Paris : Balade en solidarité avec les sans papiers grévistes, dans le cadre de la semaine de solidarité

17 / 18 janvier, Paris : attaque incendiaire contre la machine à expulser

19 janvier : Manifs anticra à Bordeaux et Angers

19 Janvier, Lyon : Bouygues et BNP taggés Place de la Croix Rousse en soutien aux inculpés de Vincennes.

19 janvier, Grenoble : Des banderoles de soutien aux révoltes de sans-pap’

19 janvier, Bordeaux : Manif en solidarité

20 / 21 janvier, Grenoble : Ca marque, ça colle, ça casse...

22 janvier, Grenoble : Tag et peintures sur le palais de justice

22 janvier, Paris : Balade en solidarité dans le XIIIème

22 / 23 janvier, Paris : actions en solidarité avec les inculpés de l'incendie du CRA de Vincennes


23 janvier, Mens (Isère) : Banderole et tract en solidarité

23 janvier, Paris : Manifestation contre la machine à expulser

23 janvier, Paris : Action sur le périph en solidarité

24 janvier, Reims : Des banques taguées par des "défenseurs de sans-papiers"

26 janvier, Lyon : nouvelle action de solidarité

27 janvier, Paris : Une agence Air France occupée

1er février, Paris : Une agence Carlson Wagon lit perturbée

6 février, Paris : Une balade contre la machine à expulser et ses acteurs


7 février, Paris : Deux banques attaquées

Toute la semaine, Angers : solidarité avec les inculpés de vincennes ?

Toute la semaine, Angers : ça se confirme

Premier jour du procès
Deuxième jour du procès
Troisième jour du procès
Quatrième jour du procès
Cinquième jour du procès
Sixième jour du procès

Tract : Sabotons la machine à expulser
Chronologie complète de la semaine de solidarité
Plus d'infos
Tract "Brûlons les frontières"
Affiche de solidarité"

Brûle la domination

Vancouver : nouvelles arrestations suite à la manifestation contre les JO

"D’autres arrestations

Radio Canada, mercredi 17 février 2010 à 12 h 15

La police de Vancouver a procédé à d’autres arrestations en lien avec les manifestations antiolympiques violentes de samedi dernier.

Un jeune homme de Vancouver a été arrêté. Guillaume Beaulieu, 27 ans, et qui se décrit comme un anarchiste, est accusé de méfait de plus de 5000 $ après que des fenêtres eurent été fracassées et des voitures vandalisées.

Un autre homme, Lliam Brander de North Vancouver, lui aussi âgé de 27 ans, est accusé de voies de fait après avoir attaqué deux journalistes.

En tout, 11 personnes ont été arrêtées à la suite des manifestations et la police prévoit faire d’autres arrestations.

Rappelons qu’environ 200 personnes s’opposant à la tenue des Jeux olympiques ont bruyamment fait sentir leur présence samedi dernier dans les rues de Vancouver. La veille, des manifestants avaient contraint les organisateurs à modifier le tracé du relais de la flamme olympique."

Poitiers : Quinze distributeurs de billets sabotés

" Les faits se sont déroulés dans la nuit du 9 au 10 février à Poitiers. Quinze distributeurs automatiques de billets (DAB) ont été sabotés. Un liquide a été introduit par la fente où l’on introduit d’ordinaire la carte bancaire. Ce liquide est actuellement en cours d’analyse dans les laboratoires de la police scientifique, mais on sait d’ores-et-déjà qu’il est corrosif et qu’il a détruit le mécanisme des distributeurs. Préjudice estimé : entre 2000€ et 3000€ par DAB.


À Paris, Grenoble, Lille…

Ces actes s’inscrivent dans une série de dégradations de distributeurs de billets constatées dans plusieurs villes de France : Paris, Grenoble, Lille, Poitiers… Hier, quatre personnes soupçonnées d’avoir dégradé à Paris des distributeurs automatiques de billets ont été déférées au parquet de Paris. Une information judiciaire, confiée à un juge d’instruction, pour «dégradations et destructions de biens en réunion» et «destructions de biens par substance explosive et incendie». Il a requis le placement sous contrôle judiciaire de ces quatre personnes. Elles sont soupçonnées d’avoir dégradé plusieurs dizaines de DAB à l’aide d’acide, d’autocollants, de feux de poubelle ou à coups de barres de fer.

Pour dénoncer l’attitude des banques

Selon une source proche de l’enquête, ces personnes auraient dégradé les DAB pour dénoncer l’attitude des banques, notamment à l’égard des sans-papiers. Si d’ores-et-déjà, certains soupçonnent des actes des militants de «l’ultra-gauche», le parquet de Poitiers signale que pour les 15 distributeurs sabotés, «une enquête est en cours et personne n’a été identifié».

Leur presse (Centre Presse), 18 février"

http://juralibertaire.over-blog.com/article-paris-degradations-de-distributeurs-quatre-camarades-deferes-devant-un-juge-45123146.html

Antikontrole

http://juralibertaire.over-blog.com/article-deambulation-anti-videosurveillance-samedi-20-fevrier-a-dijon-44739381.html

Grèce : attentat devant JPMorgan

"AFP, 16/02/2010 | Mise à jour : 19:52

Un engin de fabrication artisanale a explosé ce soir dans le centre d’Athènes devant un bureau de la banque américaine JPMorgan, provoquant des dégâts matériels, a-t-on appris de source policière.

Un inconnu avait averti dans un appel téléphonique à la rédaction d’un grand journal de l’imminence de l’explosion qui s’est produite à 19h50 locales.

La police a eu le temps de boucler le quartier de Kolonaki, en plein centre de la capitale, avant l’explosion qui a provoqué des dégâts matériels à l’entrée des bureaux de la banque, situés au deuxième étage d’un bâtiment de la rue Haritos.

L’attentat n’a pas été immédiatement revendiqué."

http://cettesemaine.free.fr/spip/article.php3?id_article=2988

Liberté pour tous, réunion publique au CICP

" Réunion publique au CICP samedi 20 février à 19h

Liberté pour tous, avec ou sans papiers

Depuis des années, le contrôle des flux migratoires est un des axes majeurs des gouvernements européens. Tout en prétendant abolir les frontières à l’intérieur de l’espace Schengen, elles se sont renforcées et disséminées à l’intérieur de chaque territoire. Les frontières sont des points de contrôle, de pression et de tri qui peuvent avoir lieu dans la rue, les transports, les administrations, les banques, les agences d’intérim.

Face à cette politique, les luttes et les résistances sont multiples :
- grèves et occupations dans leurs lieux de travail par les sans papiers (contre les conditions de travail et pour obtenir des papiers),
- interventions dans les aéroports,
- réseau d’alerte pour repérer, alerter et, éventuellement, empêcher les rafles de sans papiers,
- lutte contre les entreprises qui participent aux expulsions (Bouygues, Air France, Accor…) par des manifs, des occupations de chantiers…
- lutte dans les centres de rétention (mutineries, grèves de la faim, incendies) en France comme dans de nombreux pays d’Europe.

Le 22 juin 2008, une révolte collective réduisait en cendre le centre de rétention de Vincennes suite au décès d’un retenu. Dix sans papiers on été inculpés pour cette révolte. Le 9 février, des peines allant jusqu’à trois ans de prison ferme ont été requises contre eux. A l’occasion de ce procès, diverses actions de solidarité ont été menées partout en France : manifestations, débats, occupations, sabotages… Parmi les entreprises visées lors de certaines actions, il y avaient les banques qui dénoncent les sans papiers, à savoir la Poste, la BNP, le Crédit Lyonnais, la Société Générale. Leurs façades ont été graffées et certains distributeurs (DAB) ont été mis hors service.

Le lundi 15 et mardi 16 février, sept personnes ont été arrêtées à Paris et leur domicile perquisitionné. Trois ont été relâchées sans charges. Quatre sont mises en examen pour dégradation de biens d’autrui en réunion et placées sous contrôle judiciaire avec interdiction de se voir. Une huitième personne serait recherchée.

Du débat à la manifestation, du sabotage à la grève, contre la violence de la machine à expulser et de l’exploitation, nous cherchons tous des modes de luttes pertinents.

Pour répondre à ce coup de pression et continuer à lutter :

Réunion publique au CICP samedi 20 février à 19h.

RELAXE DE TOUS LES INCULPES DE LA REVOLTE DE VINCENNES !
DESTRUCTION DES CENTRES DE RETENTION
LIBERTE DE CIRCULATION ET D’INSTALLATION !
A BAS TOUTES LES FRONTIERES !"

Source et tract PDF : http://nantes.indymedia.org/article/19755

Heurts entre opposants au TGV Lyon-Turin et la police italienne

"Val Susa. Trois blesséEs, un grave. Charges et blocages

Indy Grenoble (+ amélioration de la traduction), jeudi 18 février 2010

Cronique de derniers jours de la lutte No-Tav entre Turin, Susa et Chianocco. Les charges di Coldimosso - les trois blesséEs - les blocages des routes et des autoroutes. Les prochains rendez-vous.

A CEUX QUI VEULENT PERCER LA VALLEE, LA VALLEE REPOND RESISTANCE !

Mardi 16 février vers minuit. Cette fois on y est presque. La foreuse [pour les sondages géologiques] placée à Coldimosso de Susa, au dessous du passage supérieur de l’autoroute, a été interceptée par les No-Tav. Elles-ils étaient en alerte depuis des heures et elles-ils ont presque réussi à la précéder. La police matraque les premier-ères manifestantEs arrivéEs sur place afin de les disperser. En suite les No-Tav assiègent le lieu pendant des heures. Les manifestantEs ont tiré des boules de neige et des sachets pleins d’eau sur les flics et les ouvriers de la foreuse. En même temps ces derniers continuaient à changer la position de la foreuse. Le matin suivant sur le web-site du quotidien de droite « La Stampa » on peut lire les habituelles faussetés : les boules de neige deviennent des cailloux, l’eau devient de l’urine.

Mercredi 17 février, 17h00. Les No-Tav se retrouvent à l’occupation de l’autoport à Susa et elles-ils décident de se promener jusqu’à la foreuse. En même temps à Turin une cinquantaine de No-Tav se sont données rendez-vous à la gare de Porta-Susa pour tenir un stand informatif. La gare est blindée. Le cortège parti de l’autoport arrive à la foreuse. Quelques boules de neige volent et la police charge à plusieurs reprises. Les charges sont féroces. Celles-ceux qui tombent sont massacréEs. Un mec, Simone, est frappé plusieurs fois, il tombe. Les flics s’acharnent sur lui désormais à terre. Il vomit du sang, il ne réussit plus à bouger ses jambes. A une femme ils cassent le visage, une fille subit de nombreuses blessures à la tête. Beaucoup d’autres manifestantEs ont des contusions. Un No-Tav crie aux flics qu’ils se sont acharnés sur Simone, et eux répondent : « Oui, celui-ci ont le connaît ». C’est normal : Simone est anarchiste et les anarchistes sont facilement l’objet de l’acharnement de la police et de l’Etat.

Les trois blésséEs sont portés à l’hôpital de Susa. La femme est opérée d’urgence, la fille est recousue, mais la situation du mec blessé est plus grave. Il a une hémorragie cérébrale, il ne sent plus ses jambes, il vomit. On décide de le transférer à l’hôpital Molinette de Turin. La nouvelle des tabasséEs circule rapidement. Le rendez-vous est fixé au carrefour de Chianocco. Les No-Tav bloquent des routes importantes et l’autoroute. Quand la nouvelle qu’une ambulance est en train de parcourir l’autoroute pour porter un blessé grave à l’hôpital, les manifestantEs s’enragent. Elles-ils commencent à hurler contre les flics qui décident de s’enfuir. Une patrouille de flics est interceptée sur la nationale 25 et elle est bloquée. L’indignation contre ce qui s’est passé est énorme. La police tire des lacrymogènes sur la foule avant de partir. Les blocages terminent vers minuit trente.

Simone arrive à l’hôpital des Molinette, mais là non plus il n’est laissé tranquille. La Digos entre dans sa chambre. Ses camarades et ses amiEs les chassent énergiquement et elles-ils appellent l’avocat. Le nouveau scanner montre que ses conditions restent graves, mais stables. CertainEs No-Tav décident de bloquer la sortie des camions qui transportent les copies du journal “La Stampa”. Elles-ils abandonnent l’endroit une heure plus tard quand la police débarque.

A Condove, en janvier, la police avait cassé le bras de Maurizio, un No-Tav qui contestait la foreuse ; la semaine dernière, la police avait déjà matraqué les manifestantEs, mais à Coldimosso elle s’est vraiment déchainée. Dans ces heures d’attente et d’angoisse pour le camarade blessé, nous savons encore mieux ce qu’on savait déjà. Les seigneurs du Tav et leurs serviteurs en uniforme ne s’arrêtent devant rien. Les longues heures de blocage dans la vallée sont la réponse d’un mouvement qui résiste et qui ne se fait pas intimider par la violence légalisée des hommes en uniforme.

Prochains rendez-vous jeudi 18 février à 11h, devant la RAI en via Verdi. Mercredi 24 février à 17h, devant la siège de “La Stampa” en via Roma"

Article des journaflics et source : http://cettesemaine.free.fr/spip/article.php3?id_article=2985

Un pavé dans les rouages (tract 4p A5)

" Le sabotage, le grain de sable dans les rouages de la machine, l’opposition directe, physique, matérielle à une partie d’un dispositif.

En République, on a toujours le droit de s’indigner d’une situation intolérable : les rafles de sans-papiers, les exactions policières, les expulsions locatives, les gens qui dorment dehors, les conditions de détention, tout cela peut faire l’objet d’autant de tribunes dans les journaux ou d’appels citoyens sur Internet. La démocratie adore ceux qui se contentent de dénoncer : c’est à dire de parler et de ne rien faire. C’est même la marque de la démocratie, ce dont elle ne cesse de s’enorgueillir. On peut (presque) tout y dire. Mais que l’on commence à s’organiser pour s’opposer concrètement aux actes du pouvoir, et tout change. De citoyen, on devient délinquant, ou terroriste, selon les cas : de toute façon, la répression est là. C’est que tout acte qui n’est pas étroitement borné par les pratiques démocratiques et citoyennes est de fait illégal. "

Suite et PDF : http://nantes.indymedia.org/article/19750

Sur l’intérêt des manifs sauvages - Quelques balades parisiennes contre la machine à expulser

" Sur l’intérêt des manifs sauvages
Exemple de quelques balades parisiennes contre la machine à expulser
(déc. 2009 - fév. 2010)

Depuis quelques temps s’organisent des petites manifestations “sauvages” contre la machine à expulser et en solidarité avec les inculpés de la révolte de Vincennes.

Le principe est de faire tourner de bouches à oreilles (c’est-à-dire en évitant les moyens de flicage modernes que sont internet et le téléphone portable) un lieu et une heure pour partir se balader. S’en suit pendant une heure ou deux une déambulation de plusieurs dizaines de personnes dans les quartiers populaires : banderole, occupation de la chaussée, mégaphone, slogans, diffusion massive de tracts et discussions avec les voisins et les passants, collage massif d’affiches, nombreux tags venant redécorer les murs...

On peut rapidement s’apercevoir que d’être même une petite vingtaine seulement donne une force non négligeable. La flicaille, même si elle comprend plus ou moins rapidement ce qui se passe, a de grandes difficultés à intervenir du fait qu’elle ne peut souvent pas mettre en place le dispositif adéquat rapidement. La détermination des manifestants ne l’aide pas non plus. A l’opposé, quand on voit les dispositifs qu’elle est prête à déployer lors de manifestations annoncées publiquement — autorisées ou non —, on peut se dire que le mode d’action “balade offensive” est peut-être intéressant à reproduire et à se réapproprier en toutes occasions...

Reprenons la rue ! "

Source et PDF : http://nantes.indymedia.org/article/19748

mercredi 17 février 2010

Même pas peur !



Pour la libération de la Terre, des humains et des animaux.

Anderlecht - Journalistes hollandais attaqués

"Une équipe de la télévision hollandaise NOS, venue en reportage à Bruxelles pour expliquer les problèmes d'insécurité de notre capitale, a été agressée par une bande de jeunes de la zone d'Anderlecht, relate la VRT.

L'équipe de journalistes était emmenée dans son tour de la commune par Fouad Ahidar (sp.a), de la commune d'Anderlecht.

Bagarre
Alors que la caméra de l'équipe était témoin de heurts entre la police et une groupe de jeunes, le reportage a mal tourné. La bande de jeunes, qui tentait de récupérer un des leurs alors aux mains de la police pour vol, s'est soudain tournée vers l'équipe de tournage.

Une bagarre s'en est suivie, mais finalement sans gravité: les jeunes n'ont blessé personne et n'ont pas réussi à abîmer le matériel. Les journalistes, quant à eux, ont trouvé à Anderlecht ce qu'ils cherchaient à montrer de l'insécurité bruxelloise...

12.02.2010
http://www.7sur7.be/7s7/fr/3007/Bruxelles/article/detail/1066206/2010/02/11/Agresses-en-plein-reportage-sur-la-criminalite-a-Bruxelles.dhtml"

http://suieetcendres.blogspot.com/2010/02/anderlecht-journalistes-hollandais.html

Corbeil-Essonnes : un patron séquestré

"AFP, 17/02/2010 | Mise à jour : 12:43

Des salariés d’une imprimerie de la région parisienne séquestrent leur patron depuis ce matin pour protester contre un plan de licenciements, adoptant une méthode utilisée à plusieurs reprises ces derniers mois en France.

Une soixantaine de salariés de l’imprimerie Hélio-Corbeil, à Corbeil-Essonnes, retiennent Yvan Lesniak, président de Circle-Printers France, société propriétaire du site, a indiqué le syndicat majoritaire en France CGT. Cette action fait suite à l’annonce d’un plan de licenciements de 55 salariés sur un total de 140 travaillant à l’imprimerie. Les salariés réclament un "moratoire sur le plan de licenciements", a indiqué un responsable de la CGT Marc Roumejon.

Ils demandent aussi que l’hebdomadaire TV Magazine du groupe de presse Le Figaro soit à nouveau imprimé à Hélio-Corbeil et non plus à Charleroi, en Belgique, comme c’est le cas depuis plusieurs semaines, a-t-il dit.

Ce mouvement fait suite à une vague de séquestrations de dirigeants ou de cadres d’entreprises qui a eu lieu en France en 2009 et a touché des entreprises françaises et étrangères comme le fabricant de pneus allemand Continental ou le constructeur américain d’engins de chantier Caterpillar."

http://cettesemaine.free.fr/spip/article.php3?id_article=2980

Infos sur les interpellations + articles des journaflics

"[Aperçu du travail des journaflics sur les 8 personnes interrogés depuis lundi matin 6h (en fait mardi après-midi et soir pour 2 d’entre eux) dans les locaux de la Brigade criminelle à Paris. A noter que les 3 filles sont sorties hier soir mardi après un peu moins de 48h de garde-à-vue. Un des 5 garçons sortirait aujourd’hui, et les 4 autres seraient renvoyés devant un juge d’instruction. Pour des infos, voir les autres articles de ce site]"

http://cettesemaine.free.fr/spip/article.php3?id_article=2975

Vive l'Anarchie

"Ce qui nous caractérise comme anarchistes, c'est que nous considérons les fins inséparables des moyens, parce que les méthodes de lutte laissent déjà entrevoir la vie pour laquelle nous nous battons".

Liberté pour tou[te]s, avec ou sans papiers.

Rovereto : attaque du local du Parti Démocrate (PD)

"On peut lire sur les journaux locaux que la nuit du 9 au 10 février, des inconnus ont attaqué le local du PD à Rovereto : vitres cassées, porte couverte de peinture et un tag sur le mur : " PD=mafieux, balances, dévastateurs""

Publié sur informa-azione, Lun, 15/02/2010 - 11:25

"NB : Samedi 13 février, une trentaine de compagnons ont empêché les fascistes de Fiamma tricolore de défiler tranquillement dans les rues de Rovereto, et ont été chargés à froid, avec pas mal de blessés (11 aux urgences). Trois d’entre eux, Poza, Jeppo et Ivan, sont incarcérés depuis."

http://cettesemaine.free.fr/spip/article.php3?id_article=2970

Paris, compte -rendu de la manif de solidarité avec les présumés saboteurs de ces pauvres DAB

"Alors vite fait : mardi 16 février au métro Château-Rouge, la flicaille était en nombre dès 17h, beaucoup de civils visibles, et des cars planqués plus loin. Lentement, on est une petite centaine, des tracts "Liberté pour tous, avec ou sans papiers" sont distribués, puis on décolle par petits groupes vers une direction où nous aurions plus de marges pour manifester sauvagement.



Départ de la manif quelques stations de métro plus loin (même si on a perdu du monde en route), banderole déployée contre la machine à expulser, "Liberté pour tous, avec ou sans papiers" et "Ni rafles, ni expulsions, détruisons les centres de rétention" gueulés en choeur dans les rues où nous prenons la place des voitures. Après 10 minutes, la nuit tombée reflète pas bien loin les casques et boucliers des gendarmes mobiles à nos trousses, descendus de leur bétaillère.

On accélère, trottine, on les a toujours au cul. Dispersion donc, et v'là les gendarmes sans plus rien à se mettre sous la dent. Des dizaines de BAC en civil ratisseront le quartier (République, Strasbourg St Denis) en vain. Des observateurs ont pu constater les 3 cars blancs qui attendaient de se remplir d'interpellés, la centaine de flics et gendarmes mobiles, le car rempli de civils tabasseurs et tous les autres, ceux du renseignement (une trentaine ?).

Bref, comme à chaque fois lorsqu'un rassemblement est annoncé publiquement, on touche le gros lot. Mais cette fois, vu les circonstances (du jour au lendemain) et la situation (manifester publiquement notre solidarité avec les -alors- 6 présumés saboteurs interrogés et perquisitionnés, ils seront 8 en tout), on a réussit à ne rien lâcher, à prendre la rue, à n'avoir pas d'interpellés et... on a même su que les camarades enfermés au 36 quai des Orfèvres l'ont appris avec joie.

On lâche rien, tout continue. Sabotons la machine à expulser. Liberté pour tous, avec ou sans-papiers. "

http://nantes.indymedia.org/article/19737

ARRESTATIONS A PARIS : DES NOUVELLES

"Hier après-midi mardi 16 février, une nouvelle personne a été arrêtée chez elle vers 15 heures, son domicile a été perquisitionné dans la foulée et elle a ensuite été placée en garde-à-vue au 36 quai des Orfèvres, avec les autres arrêtées le jour précedent.


Une autre personne aurait été arrêtée dans la soirée mais on n'a pas eu de confirmations, prudence donc sur cette info.

Plusieurs personnes sont sorties de garde-à-vue sans aucune charges contre elles. L'une, Hélène, est sortie dès le lundi soir, elle a publié son témoignage : http://nantes.indymedia.org/article/19721

Deux autres personnes arrêtées le lundi matin ont été libérées le mardi dans la soirée, également sans charges retenues.

On a appris aussi que plusieurs domiciles de parents de gens arrêtés lundi matin avaient également été perquisitionnés le lundi dans la foulée.

Au cours des perquisitions, les flics ont embarqué des ordinateurs, des tracts et semblaient rechercher des habits particuliers.

En garde-à-vue, les questions concernaient surtout les actions de solidarité qui ont eu lieu depuis deux mois en lien avec le procès de l'incendie du centre de rétention de Vincennes : balades, occupations d'entreprises participant à la machine à expulser (Air France, Carlson Wagonlits), sabotages de distributeurs de billets...
Devant le refus de plusieurs personnes de donner leur ADN, les flics ont essayé de le prélever sur des mégots de cigarettes et sur des habits. Il semble que le refus ADN ne soit pas retenu comme charge, au moins contre ceux qui ont été libérés.

Donc pour faire un récapitulatif (qui n'est peut être pas exhaustif) : six personnes et autant de domiciles ont été perquisitionnés lundi matin plus une personne arrêtée mardi et son domicile perquisitionné. Sur ces sept personnes arrêtées, trois ont été libérées (une lundi soir et deux mardi soir).

D'apres une depêche de l'AFP de ce matin : quatre personnes seraient déférés devant le parquet ce mercredi matin en vue d'être éventuellement mises en examen pour "dégradations et destructions de biens en réunion" et "destructions de biens par substance explosive et incendie". Le parquet a requis leur placement sous contrôle judiciaire. On en saura sans doute plus bientôt.

Un rassemblement en solidarité avec les personnes arrêtées et avec les actes qui leur sont reprochés a eu lieu hier à 17h30 à Château-Rouge, regroupant 80 personnes. Devant le gros dispositif de flics qui semblaient prêts à encercler dès qu'un tract ou une banderole surgiraient, les gens ont préféré se disperser et se retrouver quelques minutes plus tard à Strasbourg-Saint-Denis. Ensuite, un peu moins nombreux, on est tous partis en manif sauvage vers Chateau-d'eau et République aux cris de "Liberté pour tous, avec ou sans-papiers" et "Flics, porcs, assassins", avant de se disperser, lorsque le dispositif de flics nous avait retrouvés et tentait de nous rejoindre en courant. Il n'y a eu aucune arrestation.

On lâche rien, espérons qu'il y aura d'autres initiatives dans les jours qui viennent en solidarité avec les personnes arrêtées et avec les idées qu'on défend, en discours et en actes.

Liberté pour tous, avec ou sans papiers. Destruction des centres de rétention."

Dégradations de DAB à paris : cinq personnes en garde à vue

"Cinq personnes étaient en garde à vue mercredi matin dans le cadre de l'enquête sur une quarantaine de dégradations de distributeurs automatiques de billets (DAB) à Paris, attribuées à des militants de "l'ultra gauche", a-t-on appris mercredi de source proche de l'enquête, confirmant une information de France Info.

Originaires de Paris et âgés de 20 à 30 ans, les suspects devraient être déférés dans la journée au Parquet de Paris. Des bombes de peinture identiques à celles employées lors de la dégradation d'un DAB dans le XIXe arrondissement auraient été retrouvées chez l'un des suspects, par les enquêteurs de la Brigade criminelle.

Les premières dégradations remontent au début du mois de décembre, où plusieurs DAB ont été taggés ou recouverts d'auto-collants dans les XIe, XVe, XVIIIe, XIXe et XXe arrondissements. Des incendies de poubelles ont endommagé certains d'entre eux.

Plusieurs DAB ont notamment été dégradés le week-end dernier dans les XIe et XVe arrondissements de la capitale.

Ces actes ont notamment été revendiqués sur Internet par des inconnus, qui accusent les banques de "balancer" des sans-papiers à la police, et affirment être solidaires des personnes mises en examen pour l'incendie du centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes le 22 juin 2008. AP"

Source

22 v’là la SDAT

" Alors que de nombreuses arrestations de militants pour la liberté de circulation ont eu lieu lundi 15 février à l’aube à Paris, les services "antiterroristes" sont à la manoeuvre à Lyon depuis quelques jours.

Fin janvier, quelques jours après l’ouverture du Grand Lyeu deux personnes se font contrôler devant la porte. « Contrôle de routine » par la BAC. Les flics repartent avec un numéro de téléphone portable et deux identités.

Deux semaines plus tard un coup de fil : « bonjour, police du huitième, on aimerait bien discuter avec vous… ». Convocation informelle à Marius Berliet sans plus d’explications. C’est en fait un flic de la Sous Direction AntiTerroriste qui le reçoit, très détendu. Un flic sympa, qui dit du mal des bourrins de la BAC, qui joue au papa bienveillant dans le cours de la discussion. N’empêche il en profite pour interroger pêlemêle sur l’affaire de Chambéry, les tags et les actions en soutien aux inculpés de Vincennes et puis il aimerait bien savoir ce qui se passe dans les squats en ce moment. « Ce "grand lieu" il y a des gens dangereux à l’intérieur ? Des gens violents ? Est ce que vous discutez des black blocs ? Qui organise l’autodéfense le dimanche, les projections-débat, etc. ». Lui, c’est un super flic. Il court après les poseurs de bombe, pas les « gamins qui jettent des pierres sur la police ». Sous entendu « tu peux me raconter toutes ces broutilles que je donne l’impression de connaitre : et en balançant un maximum de nom si possible »."

Suite : http://rebellyon.info/22-v-la-la-SDAT.html
Témoignage d'une gardée à vue : http://juralibertaire.over-blog.com/article-temoignage-d-une-gardee-a-vue-du-15-fevrier-45035695.html

La permanence UMP d'Asnières sur Seine (92) attaquée

"Dans la nuit du 15 au 16 février, nous avons cassé la vitre de la permanence UMP d'Asnières sur Seine, pour tous les enfermés et contre tous les enfermements. "

http://nantes.indymedia.org/article/19726

[Dijon] Encore une action de solidarité...

" Dans la nuit du lundi 15 au mardi 16 février, la vitrine de l'agence intérim d'Adecco, boulevard Devosges à Dijon (21) a été brisée, et ses murs taggués avec l'inscription "Ici, on exploite des sans-papiers".

Adecco, derrière sa façade bien propre d'agence intérim, c'est aussi une structure qui maintient toute personne sous pression _chantage à la thune, chantage aux papiers. Des révoltes apparaissent et persistent, comme l'occupation de l'agence Adecco de Montreuil.
Des structures occupées, brisées ou brûlées_comme l'a été le CRA, un tag, un pavé, un refus d'assignation à domicile ou de contrôle judiciaire ou n'importe quel autre acte individuel "isolé" sont autant de coups portés à cette machine actionnée par la politique actuelle de fermeture des frontières et des pieds-de-nez à la gestion par la peur: peur de perdre son boulot, ses papiers, peur de l'expulsion et/ou de la taule... "

http://nantes.indymedia.org/article/19723

mardi 16 février 2010

Liberté pour tous, avec ou sans papiers

" MARDI 9 FEVRIER 2010, un bourreau quelconque, procureur de son état, a réclamé des années de prison ferme contre 10 sans-papiers accusés de l’incendie du camp pour étrangers de Vincennes en juin 2008. Lundi 15 février 2010, la Brigade criminelle est venue perquisitionner et séquestrer dans ses locaux, pour au moins 48h, 5 camarades suspectés de dégradations de distributeurs de billets de banques à Paris, revendiquées anonymement dans la rue les semaines précédentes par des autocollants «contre la machine à expulser».

LE 12 NOVEMBRE 1938, la très républicaine et démocrate IIIe République impose par décret l’internement administratif des étrangers «indésirables» dans des «centres spécialisés». Un an après, le 18 novembre 1939, ce même Etat généralise la mesure pour interner dans des «centres de séjour surveillé» tous «les individus dangereux pour la défense nationale et la sécurité publique». Avec ou sans papiers, étrangers ou «Français», de la IIIe République à aujourd’hui, l’Etat organise la mise en camps de tous les indésirables (centres de rétention, prisons, asiles psychiatriques, EPM), lorsqu’ils ne sont pas directement éliminés sous les balles des keufs, accidentés au travail ou détruits par les camisoles chimiques.

MARDI 9 FEVRIER 2010, un bourreau quelconque, procureur de son état, a réclamé des années de prison ferme contre 10 sans-papiers accusés de l’incendie du camp pour étrangers de Vincennes en juin 2008. Lundi 15 février 2010, la Brigade criminelle est venue perquisitionner et séquestrer dans ses locaux, pour au moins 48h, 5 camarades suspectés de dégradations de distributeurs de billets de banques à Paris, revendiquées anonymement dans la rue les semaines précédentes par des autocollants «contre la machine à expulser».

MULTIPLICATION DES CAMERAS de surveillance à tous les coins de rue (plus de 1000 nouvelles prévues à Paris), construction incessante de prisons de toutes sortes, accroissement du nombre de tabasseurs en uniforme dans les quartiers, contrôles sans fin des chômeurs dans les administrations et écrasement continu de ceux qui taffent avant de les dégager, bombardements humanitaires en Afghanistan, le terrorisme d’Etat voudrait que nous soyons tous soumis, esclaves ou résignés.

POURTANT CETTE FOUTUE PRISON pour sans-papiers de Vincennes a entièrement cramé et beaucoup s’en sont réjouis. Pourtant des banques ont été attaquées en décembre et janvier derniers dans de nombreuses villes, et il ne serait venu à personne l’idée saugrenue de pleurer sur leur sort.
Et on n’a pas oublié non plus la gigantesque révolte de novembre 2005 lorsque des centaines de commissariats, écoles, entreprises et administrations ont été incendiées par les flammes de la colère pendant trois semaines. On n’a pas oublié les manifestations sauvages, les sabotages et les affrontements lors du «mouvement anti-CPE» en 2006 et après l’élection de Sarkozy. On n’a pas oublié non plus les séquestrations de patrons, les menaces de faire sauter l’usine à la bonbonne de gaz ou le saccage de la sous-préfecture de Compiègne par les ouvriers de Continental depuis.

PARCE QU’ILS VOUDRAIENT NOUS CONDAMNER à «travailler» (c’est-à-dire tenter de survivre) pour continuer à engraisser des bourgeois aux quatre coins de la planète ou à «mendier» (des aides sociales, un aménagement de peine, un logement de merde) auprès des gestionnaires quotidiens de notre misère...
PARCE QUE CETTE PAIX SOCIALE qui exige notre collaboration est une guerre menée contre nous au nom du fric...
PARCE QUE LES RAFLES, l’internement et l’expulsion des sans-papiers c’est aussi un contrôle et une exploitation accrus qui nous retombent tous sur la gueule...
...les sabotages de distributeurs de billets ou de l’outil de travail, de serrures ou de voies de chemin de fer, les blocages d’usines ou des rues, les incendies de prisons ou d’ateliers, les occupations d’administrations ou d’écoles, les saccages de magasins ou de sièges sociaux, et toutes les autres actions sans médiation contre l’Etat et le capitalisme que chacun invente dans la lutte sont employés depuis toujours par les rebelles de partout.

NOUS NE NE GOBERONS PAS leurs fantasmes sur d’imaginaires «ultra-gauche» et «anarcho-autonomes» en énième ennemi intérieur, nous n’avalerons pas leurs salades sur ces dix sans-papiers de Vincennes condamnés d’avance, bouc-émissaires d’une révolte collective. L’aspiration à la liberté dans un monde débarrassé de toute domination sera toujours bien plus vaste que leurs cerveaux étroits de flics ne peuvent l’imaginer.

Détruisons ce qui nous détruit.
Liberté pour tous, avec ou sans papiers.
Solidarité avec les révoltes des insoumis de la pacification sociale.

Rassemblement aujourd’hui au métro Château-Rouge à 17h30

Paris, 16 février 2010 "

http://nantes.indymedia.org/article/19725

Tongres - Evasion de la prison pour mineurs

"Tongres - Evasion de la prison pour mineurs

TONGRES Trois jeunes ont tenté de s’évader mercredi matin de la prison de Tongres, destinée à l’incarcération de jeunes délinquants. L’aventure s’est mal terminée pour deux d’entre eux qui se retrouvent à l’hôpital. Un troisième jeune, âgé de 19 ans et originaire d’Anvers, est toujours recherché. Le chien de la police locale de Tongres a perdu la piste du fugitif à proximité de la gare. Vers 9 h 30, les détenus sont parvenus à se frayer un chemin jusqu’au mur d’enceinte. Le jeune d’Anvers, âgé de 19 ans, est parvenu à escalader le mur et ainsi s’échapper. Pour les deux autres jeunes, âgés de 19 et 18 ans, les choses se sont moins bien passées. Ils ont fait une chute de près de onze mètres. L’un d’entre eux s’est cassé une jambe et l’autre a également été blessé. Il s’agit de la première évasion de la prison de Tongres depuis la réouverture du centre en novembre 2009.

Apparament, les autres détenus auraient fait une piramide humaine pour faciliter l’évasion des autres.

Le jeune fugitif a été repris quelques jours plus tard à Anvers.

dhnet.be, 11.02.2010"

http://cettesemaine.free.fr/spip/article.php3?id_article=2967

Londres : visite à l’ambassade grecque en solidarité avec Christos et Alfredo

"Londres : visite à l’ambassade grecque en solidarité avec Christos et Alfredo

Le 10 février 2010, un groupe d’amis et de compagnons se sont rendus à l’ambassade grecque de Londres pour protester contre les conditions de détention dans les prisons grecques et envoyer un fax au ministre grec de la Justice, dans lequel ils demandaient la libération immédiate d’Alfredo Bonanno, incarcéré depuis 6 mois avec l’accusation de complicité de braquage."

http://cettesemaine.free.fr/spip/article.php3?id_article=2972

lundi 15 février 2010

[paris] 15 février 2009-Arrestations de plusieurs personnes à Paris - RASSEMBLEMENT DEMAIN MARDI 16

" Aujourd'hui à 6h30 du matin, plusieurs arrestations et perquisitions ont eu lieu à différents domiciles par la brigade criminelle du 36 quai des orfèvres.
Rassemblement demain mardi 16 février à 17h30 Chateau Rouge.

Communiqué du 15 février 2010.
Arrestations de plusieurs personnes à Paris.

Aujourd'hui, à 6h30 du matin, plusieurs arrestations et perquisitions ont eu lieu à différents domiciles par la brigade criminelle du 36 quai des Orfèvres. Nous sommes sûrs que cinq personnes ont été arrêtées ( peut-être plus?) et il semblerait que les flics soient à la recherche d'autres personnes.
Ce soir, ils sont toujours en garde à vue.

Sans connaître précisèment les chefs d'inculpation, on peut supposer que ces arrestations répondent aux effets d'annonce parus dans les médias il y a de ça trois semaines. Au 2e jour du procès des inculpés de l'incendie du centre de rétention de Vincennes, certains journaux accusaient "l'ultra-gauche" de dégradations de dizaines de distributeurs de banques notoirement connues pour avoir dénoncé des sans-papiers aux flics.
Rappelons qu'un certain nombre d'initiatives ont eu lieu en France autour du procès et contre la machine à expulser : manifestations, sabotages, discussions, repas, tags et projections...(http://nantes.indymedia.org/article/19599)

Pendant les perquisitions, les flics ont eu l'air de chercher particulièrement des tracts en rapport avec les luttes de sans-papiers et contre la machine à expulser. Et, ils ont saisi des vêtements, des ordinateurs, et des téléphones portables.

HARCELONS FRANCK SOUCI (officier qui s'occupe de l'affaire) EN APPELANT AU STANDARD DU 36 QUAI DES ORFEVRES : 01.77.72.01.17 POUR DEMANDER LA LIBERATION DE NOS CAMARADES.

POUR CONTINUER A LUTTER CONTRE LA MACHINE A EXPULSER, RASSEMBLEMENT DEMAIN MARDI 16 FEVRIER, 17H30 AU METRO CHATEAU ROUGE.

LIBERTE POUR TOUTES ET TOUS, AVEC OU SANS PAPIERS ! "

http://nantes.indymedia.org/article/19714

dimanche 14 février 2010

Manifestants d’extrême gauche et néo-nazis s’opposent à Dresde

"Les deux blocs se sont rassemblés dans les rues de cette ville de l’est de l’Allemagne qui, il y a 65ans jour pour jour, était bombardée par les alliés.

Un important dispositif de sécurité avait été mis en place. Les forces de l’ordre avaient pour objectif de tenter d‘éviter des affrontements entre les deux groupes.

A gauche ils étaient environ 2000 à s‘être massés à quelques mètres seulement du lieu de rassemblement des militants d’extrême droite pour les empêcher de rejoindre leur point de ralliement.

“La marche funèbre”, comme l’ont baptisée ses organisateurs, a pourtant bien eu lieu. Comme chaque année elle a rassemblé des milliers de néo-nazis venus de toute l’Allemagne et plus largement d’Europe pour défiler en hommage aux victimes des bombardements de 1945.

Les actions de blocage menées notamment par des organisations anti-fascistes ont eu raison du mouvement qui n’a finalement pas pris les mêmes proportions que les années passées."

Source et vidéo

samedi 13 février 2010

Les opposants à la tyrannie technologique organisent un vrai débat public à Paris le 23 février.

" Après l'annulation des derniers pseudo-débats de la CNDP sur les nanotechnologies, les opposants à la tyrannie technologique organisent un vrai débat public à Paris le 23 février."

http://nantes.indymedia.org/article/19688

Les cendres des légendes - pour en finir avec l'apologie illégaliste

"Il était une fois le temps des héros. Un temps passé, dépassé, dans lequel la fantaisie populaire s’emparait des petits et des grands gestes de quelques individus rebelles pour inventer des fables et des légendes. Des histoires qui étaient l’exemple d’une vie faite d’abus de pouvoir et d’exploitation, dans lesquelles le petit David s’insurgeait solitaire contre le géant Goliath en le défiant avec une «humble» fronde."

http://acorpsperdu.wikidot.com/les-cendres-des-legendes-pour-en-finir-avec-l-apologie-illegaliste

Pizzza - Ça c'est trop facile

video